02/07/2018
Conférence de presse du président Affi sur le congrès du 27 juillet 2018, ce mardi 03 juillet 2018 à 11h au siège du parti...
04/06/2018
Le Président AFFI participe aux activités parlementaires ce lundi 04 juin 2018 à 10h sur la question du phénomène des enfants en conflit avec la lo...
 
COMMUNIQUE FPI : FÊTE DE LA LIBERTE YOPOUGON 2018​
COMMUNIQUE FPI : FÊTE DE LA LIBERTE YOPOUGON 2018 Rencontres de mobilisation du Président du Parti dans les Fédérations du District d’Abidjan. &bull...
 
 
 
Actualités
 
Affi N’Guessan à Alépé: "C’est le poste de président qui est le nœud de nos palabres"


« Rassemblons-nous pour continuer la lutte et pour reconquérir le pays. J’ai toujours les bras ouverts », a-t-il insisté.


Le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal AFFI N'Guessan, a effectué les 6 et 7 avril 2017, une tournée de rencontres et d’échanges dans le département d’Alépé. Celle-ci l’a conduit à M’bohoin, Yakassé-Comoé, Abrotchy, Monnekoi, Ahoutoué, Grand-Alépé, etc.

Entouré des vice-présidents Marcel Gossio, Koffi Aka et Benjamin Yapo Atsé, Pascal Affi N’Guessan a longuement entretenu les militants sur la grave crise que traverse leur parti. « Je n’ai jamais trahi le président Gbagbo. C’est le poste de président du parti qui est le nœud de nos palabres. C’est donc une bagarre de positionnement », n’a-t-il cessé de dire aux militants.  Malgré cet « après Gbagbo tumultueux », selon ses propres termes, le député de Bongouanou a demandé aux militants de ne pas perdre espoir car, le FPI a toujours des ambitions pour diriger encore le pays et compte même reprendre le pouvoir en 2020.

Pour y parvenir, a-t-il poursuivi, le parti devra retrouver son unité en attendant le prochain congrès qui élira le nouveau président. Au cours des différentes rencontres, le président du parti à la rose a appelé ses camarades frondeurs au rassemblement. « Rassemblons-nous pour continuer la lutte et pour reconquérir le pays. J’ai toujours les bras ouverts », a-t-il insisté.

L’ancien Premier ministre a aussi saisi ces occasions pour expliquer davantage ses positions. Relativement à sa candidature à la présidentielle de 2015 et aux législatives de 2016. Pour lui, tous les Ivoiriens devront accepter la réconciliation parce qu’on ne fait pas la politique pour qu’il y ait des morts. Il ajoutera que l’ex-Président Laurent Gbagbo, actuellement à la Cour pénal internationale (CPI) à la suite de la crise post-électorale de 2010, aurait eu la même attitude que lui s’il était à sa place. Des militants ont, dans leur intervention, souhaité la paix et la sérénité au sein de leur parti.

Boni Amlaman
Correspondant local


 Lu : 287 fois | Date d'ajout : 10/04/2017 | Source : FRAT. MAT.

     
       
 
Copyright © 2014 tous droits reservés - Copie strictement interdite