02/07/2018
Conférence de presse du président Affi sur le congrès du 27 juillet 2018, ce mardi 03 juillet 2018 à 11h au siège du parti...
04/06/2018
Le Président AFFI participe aux activités parlementaires ce lundi 04 juin 2018 à 10h sur la question du phénomène des enfants en conflit avec la lo...
 
COMMUNIQUE FPI : FÊTE DE LA LIBERTE YOPOUGON 2018​
COMMUNIQUE FPI : FÊTE DE LA LIBERTE YOPOUGON 2018 Rencontres de mobilisation du Président du Parti dans les Fédérations du District d’Abidjan. &bull...
 
 
 
Actualités
 
Selon Affi N’guessan, « être au pouvoir en 2020 est un impératif catégorique pour le FPI »


Pour cette année, le thème retenu pour la célébration de la fête de la liberté était « Mobilisation pour les libertés et la reconquête de l’alternance en 2020 ». Pourtant, le parti fondé par Laurent Gbagbo fait face aux divergences de ses responsables. Ainsi, l’on a assisté à deux factions dont l’une dirigée par Pascal Affi N’Guessan et l’autre par Aboudramane Sangaré. Selon Affi N’Guessan, cet épisode est désormais derrière :


« L’unité est en marche au parti. Il ne se passe plus de jours sans que les camarades qui étaient dans la fronde ne viennent nous voir. La base a compris que la fronde était un gâchis pour le parti. Et l’unité est partie de la base pour aboutir au sommet », a-t-il soutenu.


A présent, toutes les énergies sont orientées vers les présidentielles de 2020, dans la mesure où, de l’avis de Affi N’Guessan, « être au pouvoir en 2020 est un impératif catégorique pour le FPI », et d’ajouter que « le pouvoir de Ouattara est fini ».


L’ancien premier Ministre de Laurent Gbagbo a profité de l’occasion pour relever la situation sociale constatée dans le pays. Il a fustigé entre autre, « les violences sécuritaires, judiciaires, sociales, économiques, par la fiscalité rampante, les dettes intérieures non payées… ». Une situation qui prendra bientôt fin selon lui :



« Mais, aujourd’hui, le pouvoir de Ouattara est fini. Son cas est réglé car la communauté l’a lâché. A l’intérieur de son parti, ils ont mis une croix sur le pouvoir de Ouattara. En plus, ses trois fétiches sont tombés. Le premier, Blaise Compaoré qui a entretenu la rébellion ivoirienne est tombé. Le second fétiche, Nicolas Sarkozy est tombé aussi. Le troisième fétiche, Good Luck Jonathan n’a pas été épargné ».



 Lu : 85 fois | Date d'ajout : 15/05/2018 | Source : regionale.info

     
       
 
Copyright © 2014 tous droits reservés - Copie strictement interdite