26/06/2019
Le Président AFFI préside la réunion du Secrétariat Exécutif du FPI ce jeudi 27 juin 2019 à 15 heures au siège du parti...
23/05/2019
Le Président AFFI préside le secrétariat exécutif du Front Populaire Ivoirien ce jeudi 23 mai 2019 à 15 heures au siège du parti....
 
COMMUNIQUE FPI : FÊTE DE LA LIBERTE YOPOUGON 2018​
COMMUNIQUE FPI : FÊTE DE LA LIBERTE YOPOUGON 2018 Rencontres de mobilisation du Président du Parti dans les Fédérations du District d’Abidjan. &bull...
 
 
 
Actualités
 
Pascal Affi N’Guessan, président du Fpi, a marqué, hier, son désaccord quant au projet de loi adopté en conseil des ministres, mercredi, sur la réforme de la Cei.




Au cours d’une conférence de presse, au siège de son parti, aux II Plateaux-Les Vallons, il a déclaré que ce texte de loi qui recompose la commission en charge d’organiser les élections, n’est pas le fruit des négociations engagées entre le gouvernement, les partis politiques de l’opposition et la société civile.



 



« La première étape de ce dialogue a enregistré 11 propositions différentes émanant des 11 organisations participantes aux négociations. Le procès-verbal de cette étape mentionne des points d’accord et d’autres points sur lesquels les discussions doivent se poursuivre. Le Fpi et l’Alliance des forces démocratiques de Côte d’Ivoire (Afd-ci) sont dans l’attente de cette seconde étape du dialogue politique en ce sens que les négociations ne sont pas terminées », a-t-il indiqué.



 



Le président du parti à la rose a expliqué que la composition, telle que proposée par le projet de loi adopté, n’apporte pas de réponse à la question de l’équilibre tant souhaité par les formations politiques de l’opposition. En effet, le texte de loi qui présente la nouvelle nomenclature de la Cei est établi comme suit: la commission centrale comprend désormais 15 membres au lieu de 17. En sont exclus les représentants de l’Assemblée nationale, du ministère de l’Economie et des Finances et les deux représentants des confessions religieuses.



 



L’opposition et le groupement politique au pouvoir ont désormais 3 représentants chacun au lieu de 4. Le nombre des membres de la société civile est passé de 4 à 6. Au sein du bureau de la Cei, le nombre de vice-présidents passe de 4 à 3, quand le nombre de secrétaires adjoints passe de 3 à 2. Les commissions locales ont également subi des modifications. Les formations politiques ont désormais 3 représentants au lieu de 4.



 



Pascal Affi N’Guessan a dit ne pas être d’accord avec cette ossature de la commission. En lieu et place, il propose 15 membres au sein de la commission centrale : 5 représentants du groupement politique au pouvoir, 5 pour l’opposition et 5 pour la société civile. Il a également souhaité que la présidence de la Cei revienne aux partis politiques de l’opposition ou à la société civile.











KANATE MAMADOU



 Lu : 19 fois | Date d'ajout : 05/07/2019 | Source : fratmat.info

     
       
 
Copyright © 2014 tous droits reservés - Copie strictement interdite